The Cuckoo's Calling

Quand par une nuit glaciale, la top model Lula Landry, harcelée par les paparazzis et connue pour son tempérament plutôt instable, est retrouvée défenestrée au pied de son immeuble, la police a tôt fait de conclure à un suicide. Mais son frère adoptif, John Bristow refuse de croire à ce scenario. Il fait donc appel à un détective privé, Cormoran Strike, ami d'enfance de son frère décédé et fils illégitime d'une star du rock, pour retrouver le meurtrier.

Ce premier volet des aventures de Cormoran Strike est prometteur. Certes, l'intrigue m'a semblé un peu convenue, les rebondissements pas si rebondissants et le méchant inattendu pas si inattendu, mais je ne me suis pas ennuyée. En effet, même si le héros, écorché et intuitif accompagné de son faire-valoir admirative et futée donnent à ce polar une trame des plus classiques, la patte de Rowling insuffle à l'ensemble une fraîcheur plutôt addictive. Comme à son habitude elle a su happer son lecteur avec un univers d'une grande r...

Lire la suite...

Emmeline

Emmeline et Cécilia sont belles-s½urs et amies. A la mort d'Henry, frère de la première et mari de la seconde, elles s'installent ensemble dans un grand appartement londonien. A l'inverse de son ainée, frivole et extravertie, Emmeline est sobre, secrète et très investie dans son travail. Engoncées dans les convenances d'un début de siècle en pleine métamorphose, influencées par les commérages de leur envahissante parente Lady Waters, les deux femmes vont vivre en parallèle des histoires sentimentales mal accordées. Trop en avance sur son temps, Emmeline va se faire broyer par l'amour passionnel qu'elle croit éprouver pour son égocentrique bellâtre. Cécilia quant à elle mériterait un amant capable de lui tenir tête ! Pour tout dire, je suis convaincue qu'inversés, leurs couples auraient été bien mieux assortis – mais le roman lui, aurait été beaucoup moins intéressant !

Porté par une écriture délicieuse – émaillée je l'avoue de descriptions parfois dérou...

Lire la suite...

Les Comtesses de la Gestapo

Plus je vieillis, plus j'aime l'Histoire ; ce qui à 12 ans me paraissait d'un ennui mortel me fascine aujourd'hui, et c'est pourquoi j'étais ravie d'avoir été choisie par Babelio pour chroniquer "Les comtesses de la Gestapo".

Dire que j'ai été déçue de ma lecture serait un euphémisme. A vrai dire, je ne crois pas que j'aurais été au bout si ça n'avait pas été une Masse Critique. J'ai eu l'impression de lire une liste, froide, dénuée de sentiment. L'auteur n'a rien su (ou voulu ?) me faire ressentir, ni haine ni pitié ni admiration, rien de rien. Résultat, je suis restée froidement indifférente aux destins de ces femmes. D'ailleurs justement, j'ai trouvé qu'en dépit du titre, le récit n'était pas assez centré sur ces comtesses. Je m'attendais à un livre presque féministe (après tout l'égalité des sexes vaut même pour les scélérats), j'aurais voulu découvrir des femmes d'affaire machiavéliques e...

Lire la suite...

Une certaine étoile

Il m'est toujours difficile de donner un avis sur un recueil de nouvelles, d'autant que je ne suis généralement pas friande du genre, mais cette fois le talent de Pearl Buck a balayé mon embarras. Sa capacité à esquisser la beauté de l'humain m'a encore saisie et, chacune à leur façon, ces quatorze tranches de vie m'ont touchée. Certaines bouleversantes, comme Le papillon d'argent qui dénonce les ravages provoqués par le communisme dans les campagnes chinoises, d'autres plus légères comme Melissa, la petite comédienne au grand c½ur, elles transmettent toutes un fort message d'humanité. Les protagonistes bien que tous différents sont unis par ce même sentiment de perdition, comme un insidieux oubli d'eux-mêmes. Épouse désemparée face à la modernité, couple éloigné par le temps, mère esseulée, soldat de retour du front... Ils traversent un moment difficile de leur existence, tâtonnant dans le brouillar...

Lire la suite...

La mort, entre autres

Quand j'ai retrouvé Bernhard Gunther en responsable d'un petit hôtel miteux, qui plus est situé pile en face du camp désaffecté de Dachau, j'ai eu un moment de doute. Qu'était-il donc arrivé à mon flegmatique héros ? Heureusement très vite, Bernie abandonne l’hôtellerie pour revenir à ce qu'il fait de mieux : détective privé. Ouf ! Nous voilà à nouveau plongés dans l'ambiance noire à laquelle il nous avait habitués.

On retrouve dans "La mort, entre autres" tous les ingrédients qui ont fait le succès de la "Trilogie Berlinoise", mais un poil plus exagérés, un chouïa moins plausibles. Des blondes vénéneuses, des coïncidences, des nazis sans scrupules, des américains pas tellement plus recommandables, des coïncidences, des dialogues croustillants... et encore quelques coïncidences ! Notre pauvre Bernie se fait mener par le bout du nez durant les trois quarts du récit, parfois au mépris de tout ...

Lire la suite...

The girl in the red coat

Wow ! Ce bouquin est juste... breathtaking ! Palpitant, choquant, déconcertant ! La couverture, avec son affichette "MISSING : Carmel Walkfield, 8 years old girl, last seen wearing a red coat..."  (1) pourrait laisser croire à un roman policier. Mais on en est loin, très loin. Pour tout dire, "The girl in the red coat" c'est même l'exact opposé d'un roman policier. Certes tout part d'un crime, mais au lieu de se consacrer à sa résolution, Kate Hamer s'attache à la (sur)vie des principales intéressées, en se glissant tour à tour dans la peau de la mère et de la fille. Le lecteur qui en sait donc plus que chacune d'elles, sent son sang se glacer au fil des pages.

C½urs de mamans sensibles s'abstenir !

Le pire cauchemar pour une maman, c'...

Lire la suite...

Harry Potter And The Cursed Child

Quelle déception, quelle frustration... que ce volume ne compte pas plus de 300 pages !!! J'en aurais voulu le double, le triple même tant je me suis régalée !

Avec quelle délectation, s'amplifiant au fil des mots, ai-je retrouvé l'esprit et l'univers qui m'avaient tant manqués ?! Et les personnages, par la barbe de Merlin ! Avec quel plaisir ai-je redécouvert Harry, Hermione, Ron, Ginny, et même Draco ?! Quant à leurs enfants, ils sont tout aussi hauts en couleurs que ne l'étaient leurs illustres parents.

Mais, et le scenario me direz-vous ? Cette suite n'est-elle pas une fade copie, un artéfact sans saveur ? Eh bien pas du tout ! Je dirais même que le thème principal – que je ne dévoilerai pas – est une vraie réussite, qui permet d'établir un juste équilibre entre le plaisir de replonger dans l'histoire d'Harry et celui de découvrir celle de son fils Albus. Certes, tout va un peu vite, mais on pouvait difficilem...

Lire la suite...

Les Grandes Espérances

Comme tout le monde – ou presque – j'ai tâté du Charles Dickens dans ma jeunesse. Oliver Twist, David Copperfield ou encore ce cher Scrooge, si leurs aventures sont indéniablement originales je n'avais jamais vraiment accroché au style. Peut-être étais-je trop jeune, peut-être n'avais-je pas essayé les bons romans. Toujours est-il qu'au vu de l'immensité de l'univers livresque qui s'offrait à moi, j'avais abandonné Charly vers l'âge de 12 ans. Mais voilà qu'il y a quelques temps, j'ai découvert Jasper Fforde, un ovni d'auteur qui m'a littéralement engloutie dans son monde extraordinaire où réel et littérature classique s’entremêlent. Oui mais voilà, Fforde il est anglais ; et moi, même si je ne suis pas novice en matière de littérature britannique, j'ai encore bon nombre de lacunes. Alors quand dans le deuxième volet de sa série, un des perso...

Lire la suite...

Academy Street

De l'arrière-pays Irlandais, calme et conventionnel à l'effervescence New-Yorkaise, des années 40 aux débuts de notre XXIᵉ siècle, de l'enfance à la vieillesse, Tess nous transmet son histoire, banale et pourtant singulière. L'histoire poignante d'une femme dont la force se cache au plus profond. Sa sobriété et sa simplicité font d'elle une héroïne inhabituelle, extraordinaire dans son ordinarité ! Il est facile de s'identifier à ses états d'âmes, à ses joies et à ses peines, même si j'avoue que son stoïcisme m'a parfois irritée. Ses rares choix consumeront toute son énergie, la laissant regarder passer le reste de sa vie, entre regrets et mélancolie.

Écrit à la troisième personne, ce texte dégage pourtant une impression d'intimité. Mary Costello dépeint brillamment les sentiments de Tess, sans jamais les déprécier, sans jamais la juger. Dotée d'une sensibilité rare, elle met en mots des émotions du quotidien que nous vivons tous sans parfois même nous en aperc...

Lire la suite...

Le Temps de l'innocence

Oh, mais qu'il est bon ce bouquin ! Bien loin d’être une simple romance, sa force tient dans une galerie de personnages hyper représentatifs de leur époque et un contexte flirtant avec les prémices du féminisme, plus que dans son intrigue somme toute banale.

L’innocence de ce temps n’est qu’un attribut de façade, incontournable chez les jeunes gens mais vite réduit en poussière au profit de sentiments contenus. Finalement la vraie innocence n’est pas là où on l’attendrait. Entre May, l'ingénue oie blanche, et Ellen, la femme de tête indépendante, la plus naïve est loin d'être celle que l'on croit. L'épouse en effet est clairvoyante derrière sa réserve, téméraire sous son masque de perfection, quand l'autre à force de franchise se trouve souvent à manquer de discernement. Le personnage de Newland lui est plus passif. Il a des convictions assez avant-gardistes, notamment en ce qui concerne les femmes, mais il n'a pas l’audace ...

Lire la suite...